Une voie verte à Limoges ? Première partie : le Nord

A Véli-Vélo on fait du vélo au quotidien, chacun peaufine son itinéraire pour le rendre plus agréable et, pour certains, les premiers aménagements tactiques offrent de nouvelles perspectives. Mais en tant que cyclistes on apprécie aussi de pouvoir s’évader à bicyclette depuis son pas de porte, et si en plus on peut le faire en famille dans un cadre bucolique, on ne va pas s’en priver ! Plusieurs balades le long de l’Aurence ont déjà été initiées par l’association mais cette fois il s’agit de venir reconnaître l’itinéraire d’une possible voie verte pour proposer un projet clé en mains aux services des communes traversées et de l’agglo. Rendez-vous a donc été donné à l’atelier de la Bastide pour une première reconnaissance sur la partie Nord.

Au programme une boucle d’un peu moins de 20 km avec un profil plutôt plat pour notre région.

17h30 : Atelier de la Bastide, lieu de rendez-vous. Deux jeunes habitués apprennent à changer par eux-même un galet de dérailleur, sous le regard avisé de Jean. Pendant ce temps Hervé, qui vient d’adhérer à l’association, repart avec son VTT remis en état grâce au dispositif Coup de Pouce, alors même qu’il pensait devoir s’en séparer à la déchetterie. Au milieu de cette activité les premiers randonneurs du soir arrivent au local et découvrent pour beaucoup l’atelier.

18h10 : le groupe d’une vingtaine de cyclistes s’élance pour une petite vingtaine de kilomètres, promesse du guide ce sera plutôt plat et roulant !

Le bois de la Bastide est une belle entame, le passage sous les frondaisons est propice à la déconnexion des tracas du quotidien. Nous passons ensuite par les passerelles de Beaubreuil avant de suivre un long chemin qui nous mène jusqu’à Beaune-les-Mines. De là un petit bout de route et un tunnel pour passer sous l’A20 et nous voilà déjà sur le retour, avec cette fois un paysage ouvert, grand ouvert !

C’est le début de la reconnaissance de cette possible voie verte (mais une voie verte en ville c’est aussi la question de son accessibilité directement depuis les quartiers résidentiels, d’où notre passage par Beaubreuil). Ce premier chemin de 1,3 km, relativement plat, nous mène de la D39 (Chaptelat-Beaune-les-Mines) au village de Grossereix.

Traversée rapide du village (sur 150 m) et nous rejoignons les bords de l’Aurence pour 3,3 km de sentier pédestre/vélo, dans un cadre de sous-bois très calme, chemin plutôt mono-trace mais très roulant au départ, et ce en pleine ZI Nord !

Les passages de tunnel sous les routes sont assez étroits, avec des obstacles qui sont rédhibitoires pour qui voudrait s’aventurer avec une remorque accrochée à son vélo ou un vélo de type cargo/rallongé. Un point à modifier dans le cadre d’une voie verte.

Quelques passages délicats, et encore ici le terrain est sec. Admirez la technique !

Surtout le point à revoir ce sont les quelques traversées de route. Pas ou peu de bateaux pour éviter la marche du trottoir et pas de signalisation type passage/feu piéton pour attirer l’attention des usagers de la route sur des axes très fréquentés en journée.

On reste quand même sur un sentier à fort potentiel, petite vidéo pour vous en convaincre

Au débouché du chemin nous voici à Uzurat, les aires de jeux sont vivantes avec de nombreuses familles venues passer la soirée dans ce cadre de verdure.

Nous adaptons notre allure aux piétons présents et contournons le lac par la rive droite avant de prendre la petite rampe qui permet de rejoindre l’avenue Louis Armand (et hop 750 m de plus de chemin). Ici aussi, absence de bateaux et malgré des passages piétons bien signalés, le sentiment qu’un feu piéton serait un plus non négligeable pour améliorer les conditions de traversée à toute heure .

Un petit bout de chemin plus loin (200 m) et nous voici dans l’allée du Moulin Pinard. Là aussi absence de bateau et de signalisation au sol grève la lisibilité d’un itinéraire cyclable. Il faut être habile pour rester sur le trottoir et pouvoir prendre plus en aval de l’allée le bateau au passage piéton.

On rentre alors dans le parc du Moulin Pinard, ses larges allées permettent, en faisant attention à adapter sa vitesse et à signaler sa présence, de cohabiter en toute quiétude avec les promeneurs. Seul le passage du tunnel, et sa sortie qui dans ce sens propose une petite rampe qui réveille, peuvent amener le cycliste à poser pied à terre selon l’affluence/ses capacités physiques.

L’itinéraire prévu devait nous mener jusqu’à la rue du Mas Gigou (côté parc aux biquettes de l’Aurence, les enfants connaissent !), soit 1,7 km de cheminement dans le parc. Mais une perte de lucidité du guide à la sortie du tunnel (ou un appel pressant du rafraîchissement de fin de balade) amènera le petit groupe à remonter plus directement vers l’atelier de la Bastide par une seconde rampe non prévue (que certains ont tout de même monté avec un grand sourire).

Ironie du parcours, la récompense de cet effort un peu violent (au regard de la promesse initiale d’un parcours peu accidenté) : la vue sur le cimetière de Louyat…

20h00 : de retour à l’atelier de la Bastide, il est temps de débriefer autour de quelques boissons locales.

Au final, sur cette partie nord ce sont pas loin de 7,5 km de chemins qui existent et demandent peu d’aménagements (essentiellement les traversées de routes, des obstacles à repenser, quelques élargissements de chemins et un balisage de la voie et de ses points d’accès)  pour offrir une voie verte aux pas de la porte de nombreux habitants de Beaune-les-Mines, Rilhac-Rancon, Beaubreuil, la Bastide, Couzeix… Et encore il ne s’agit ici que d’un linéaire tant les possibilités de variantes sont nombreuses (par le bois de la Bastide par exemple).

Pour le moment l’itinéraire est plutôt adapté aux vélos tous chemins, sans que ce soit technique ou difficile, la présence de graviers rend la progression un peu moins agréable avec un vélo de ville ou de route. Il est aussi par endroit trop étroit pour prétendre accueillir une fréquentation importante, ce qui ne manquera pas d’arriver si cet itinéraire est balisé. Au delà de sa vocation évidente de voie verte, c’est également un itinéraire très intéressant pour ceux qui travaillent en zone nord et résident le long de cet axe (de Chaptelat à Isle, c’est sans doute pas si négligeable…) pour permettre une vraie respiration sur le trajet domicile-travail (il y aura dans ce sens quelques accès supplémentaires à aménager pour rejoindre différents points de la zone nord (centre routier par exemple).

On vous donne rendez-vous dès la semaine prochaine (vendredi 28 août à 17h30 au local de la Bastide) pour repérer la partie sud de l’itinéraire, avec un retour par des rues tranquilles pour montrer les connexions possibles avec la ville (attention itinéraire plutôt VTC).

Une réflexion sur « Une voie verte à Limoges ? Première partie : le Nord »

  1. Merci à vélivélo de nous avoir fait connaître cet itinéraire bucolique !
    Les chicanes sous les ponts doivent vraiment être repensées ; même avec un deux roues classique les sacoches n’ont pas aimé ; les trois roues les cargos etc ne peuvent pas passer.
    (J’ai déjà vu ce genre de problèmes le long de canaux.)
    Nous avons la chance d’avoir une ville à la campagne, il faut utiliser toutes ses possibilités !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *