Piste cyclable Couzeix nord – Océalim : vraiment une piste cyclable ?

Espoir des cyclistes Couzeixois début 2020 en lisant le magazine municipal « Vivre à Couzeix » (n°de février, p. 17) :  un projet de piste cyclable entre la sortie nord de Couzeix et le parc d’activités Océalim sera réalisé ! L’article était illustré par la photo d’une réalisation semblable à Boisseuil. Mais à Couzeix, ce sont plus de 11000 véhicules par jour qui circulent sur la route départementale 947.

Au printemps les travaux ont donc commencé : abattage de 12 arbres, rétrécissement de la chaussée (1,30m en moins), puis un terrassement est réalisé pour créer sur environ 300 m un nouveau trottoir sur un coté de la route. De largeur comprise entre 2,10 et 2,30 m, il est censé accueillir piétons et cyclistes.

Est-il normal que les cyclistes soient invités à rouler sur les trottoirs ?

Selon le magazine municipal, le Conseil Communautaire de Limoges Métropole avait décidé, en décembre 2019, la réalisation d’une piste cyclable en site propre (c’est à dire avec une séparation physique entre la route et la piste) pour relier le rond-point des 7 chênes (face au Casino) au rond-point de Bosmathé (vers l’entrée du parc Océalim).

Pour l’association Véli-vélo une piste cyclable devrait respecter quelques règles, telles que :
– avoir le même régime de priorité que les voitures empruntant la même direction,
– éviter les zigzags,
– éviter les voies partagées piétons-vélos,
– éviter les changements de coté pour les pistes cyclables car une traversée de route est plus dangereuse pour un vélo que de rester en ligne droite dans la circulation.

Voyons en images ce qu’il en est pour cette réalisation à Couzeix :

Au lieu d’un trajet direct à partir du rond-point face au supermarché Casino , ce sont maintenant des passages piétons à emprunter  et 3 changements de direction pour partager un trottoir sur 300m du coté gauche de la route. Puis il faut re-traverser pour rejoindre le coté droit en faisant attention au trafic souvent intense ! A ce jour, la suite de l’aménagement est encore à réaliser…

Les cyclistes peuvent-ils éviter de passer par cet aménagement que nous trouvons inadapté ?

Ceux qui continuent à emprunter la route en ligne droite, par exemple pour se rendre régulièrement à l’aire de covoiturage d’Anglard, constatent que les autos ont tendance à passer maintenant très près du guidon depuis que la chaussée a été rétrécie de 1,30 m.

Pour le Centre national d’expertise de la route (CEREMA), dont les avis sont la référence en France, une piste cyclable est nécessaire pour les routes à vitesse limitée à 50km/h et dont le trafic motorisé dans les deux sens est supérieur à 4000 véhicules/jour. Ce qui est le cas à Couzeix où le trafic (plus de 11000 véhicules/jour) est presque 3 fois supérieur.

Le CEREMA indique aussi que la largeur d’une piste cyclable à deux sens de circulation devrait être d’au moins 3 mètres.

Au bilan, cet « aménagement » ne peut être considéré comme une piste cyclable.

Selon la municipalité précédente de Couzeix (puisque c’était avant les élections !), le montant des travaux est estimé à plus de 700000 €. C’est environ 75% de l’enveloppe annuelle du SDIAC (Schéma Directeur Intercommunal d’Aménagements Cyclables). 

Est-ce cela que Limoges Métropole appelle une « piste cyclable en site propre » ?

Est-ce une bonne utilisation du budget du SDIAC ?

Pour l’association Véli-vélo, qui demande que les associations d’usagers soient consultées sur tous le projets du SDIAC, l’argent public devrait être employé en respectant des principes clairs car mieux vaut aucun aménagement qu’un mauvais aménagement.

2 réflexions sur « Piste cyclable Couzeix nord – Océalim : vraiment une piste cyclable ? »

  1. Bonjour,
    Certains points sont semblables à Boisseuil, malgré un trafic sans doute inférieur et une séparation matérielle de la chaussée :
    – partage piétons/vélo,
    – au niveau de 2 carrefours, les vélos sur la voie douce doivent céder le passage à une route non-prioritaire par rapport à la route que suit la voie douce,
    – traversée de la chaussée.
    Sans parler de l’entretien – la voie douce servant occasionnellement de poubelle à canettes de bière jetées depuis la route, et étant bordée sur 300m d’une haie haute de feuillus.
    Globalement, un aménagement qui n’améliore pas l’usage du vélo par rapport à la route précédente, plus large.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *